Why don’t you dance ?

Partie à la découverte de nouvelles techniques graphiques (dessin d’un seul trait, hachurage, dessin exempt de trait noir,..), me voici explorant le collage.

Le texte Why don’t you dance de Raymond Craver sert de base à cette illustration, dont la narration se déroule dans le décor aseptisé d’un ménage américain des années 50-60. Le tableau d’affichage représente le côté futile des objets du quotidien que le personnage principal a entreposé dans son jardin, sorte de création d’un intérieur à l’extérieur. Quelle valeur reste-il à ces objets s’ils n’ont plus de toit au-dessus d’eux ? A quoi sert du mobilier sans son chez-soi ? Le chez-soi étant ici la femme de cet homme. Ce n’est pas explicitement écrit, mais plusieurs indices, font penser aux lecteurs que celle-ci est partie.

Les deux autres personnages du récit, un jeune couple, s’intéressent de très près aux différents meubles installés dans le jardin. Dans l’un des passages, ils se couchent sur le lit pour tester le confort de ce dernier, alors que le propriétaire des lieux s’approche. C’est la scène illustrée ci-dessus.

Pour la petite histoire, l’auteur est à l’affiche actuellement. En effet l’un de ses textes sert de support à la pièce de théâtre mise en scène dans le film oscarisé Birdman d’Alejandro González Iñárritu.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s